fermer

Candidature | Défi des villes intelligentes

C’est avec fierté et enthousiasme que les membres du conseil municipal de Drummondville ont adopté, par résolution à la séance du lundi 23 avril 2018, le dépôt de la candidature de la Ville de Drummondville au Défi des villes intelligentes pour le projet de transformation du site industriel, communément appelé Fortissimo, en écoquartier. Découvrez les détails du projet proposé ici-bas.

Renseignements sur le candidat

  • Nom de la collectivité : Ville de Drummondville
  • Province ou territoire : Québec
  • Population : 75 423 (au Recensement de la population de 2016)
  • Collectivité autochtone : Non

Définition du problème

Au centre-ville, faire d’un site industriel abandonné un écoquartier diversifié et ainsi créer un milieu à échelle humaine se distinguant par la mise en valeur des meilleures innovations et pratiques de développement durable : un modèle d’intégration urbaine doté d’un potentiel piétonnier qui mènera à une qualité de vie remarquable.

Le projet proposé consiste à transformer un site industriel abandonné dans un environnement déstructuré au cœur du centre-ville pour en faire un milieu orienté sur les gens, connecté, durable et agréable à vivre. Nous souhaitons mettre en place des infrastructures physiques et numériques pour créer des connexions entre ce projet et la communauté. Ce projet permettra donc de créer un ensemble qui contribuera à une qualité de vie remarquable pour nos citoyens.

Pour y arriver, nous désirons nous inspirer des meilleures pratiques et principes des « Villes agréables à vivre/Liveable city » pour réaliser un projet qui mettra en place un écoquartier mettant la vie publique au cœur de notre planification, en nous appuyant sur l’attractivité, les saines habitudes de vie, la durabilité et la connectivité.

Ce site de 900 000 pi2 que la Ville de Drummondville a acquis en 2017, au coût de 3 M$, possède un potentiel exceptionnel par sa localisation et son environnement pour en faire une plaque tournante qui lui permettra de devenir un modèle de référence d’initiative de requalification d’un site abandonné et contaminé. Notre objectif est d’utiliser une approche de « villes intelligentes » dans le cadre de cette opportunité pour obtenir des résultats significatifs pour notre communauté en y intégrant de bonnes pratiques structurantes et pertinentes visant l’utilisation des données et des technologies connectées.

Nous souhaitons mettre en œuvre un projet de requalification d’un site abandonné qui sera orienté sur les gens et qui fera preuve d’innovation dans le déploiement de stratégies vertes et écoresponsables.

Nous exigerons la mise en place du mode de gestion efficiente de l’énergie dans ce secteur en y intégrant des pratiques innovantes et durables. De plus, nous souhaitons concevoir un secteur sécuritaire avec une variété de fonctions (résidentielle, commerciale, institutionnelle et publique), un quartier animé dont le concept favorisera l’inclusion et le bien-être des citoyens. Nous souhaitons vivement que ce projet fasse évoluer le concept de « Ville Intelligente » dans notre communauté en y intégrant de bonnes pratiques de design et d’aménagement urbain ainsi que des technologies de l’information, de la connectivité et de l’inclusion numérique de nos citoyens.

Transport actif et intermodalité

Nous désirons que ce site devienne la pierre angulaire du transport actif et durable dans notre communauté en y favorisant les piétons, les cyclistes, l’accès au service de transport en commun ainsi que la mise en place de systèmes de partage de vélos et de véhicules électriques.

La valorisation du transport actif et durable dans ce secteur se traduira par des aménagements et des infrastructures adaptés qui permettront l’intégration de ces modes à l’ensemble du quartier et des secteurs environnants, et même de créer un effet d’entraînement dans l’ensemble de notre communauté.

L’intermodalité sera nécessairement au cœur de cette démarche et comprendra la mise en place de pôles d’échanges (intermodaux) conviviaux et une gestion intégrée de l’information destinée aux usagés pour faciliter les transits d’un mode à l’autre.

Concrètement, nous souhaitons réussir par ce projet d’infrastructures physiques et numériques à convertir l’utilisation très répandue de la voiture dans notre communauté par le transport actif et durable.

Les infrastructures numériques, qui prendront la forme de plateformes interactives intégrées au projet, devront permettre de mesurer et promouvoir ces concepts de saines habitudes de vie et de mobilité durable. Nous souhaitons aussi convertir les données liées à ces infrastructures en informations utilisables, documenter les bénéfices obtenus, et propager ceux-ci dans notre communauté à l’aide de plateformes ou d’applications en ligne. Nous transformerons ainsi un milieu statique en milieu dynamique tout en mesurant concrètement son évolution.

Au niveau de l’analyse des modes de transport utilisés dans notre communauté provenant des données de Statistique Canada entre 2006 et 2016, on peut constater que l’utilisation de la voiture est en augmentation, passant de 90 % en 2006 à 93 % en 2016, alors que l’utilisation du transport actif et durable a subi une décroissance pendant la même période passant de 9 % à 6 %.

Principal mode de transport utilisé pour se déplacer entre le domicile et le lieu de travail (%)

Mode de transport200620112016
Automobile, camion ou fourgonnette90 %92 %93 %
À pied7 %5 %4 %
Transport en commun1 %1 %1 %
Vélo1 %1 %1 %
Autres moyens1 %1 %1 %

Par ailleurs, si nous comparons nos résultats concernant l’utilisation des différents modes de transport de nos citoyens par rapport à ceux de la province de Québec à partir des données provenant du recensement 2016 de Statistique Canada, nous pouvons constater que notre communauté accuse aussi un retard notable à ce niveau et que cela permet de bien cadrer la situation à laquelle nous faisons face.

Principal mode de transport utilisé pour se déplacer entre le domicile et le lieu de travail (%)

Mode de transportVille de DrummondvilleProvince de Québec
Automobile, camion ou fourgonnette93 %79 %
Transport durable et actif
(à pied, à vélo, transport en commun)
6 %20 %
Autres moyens1 %1 %

De plus, selon le document « Le Québec chiffres en main », édition 2018 publiée par l’Institut de la Statistique du Québec, voici le bilan des émissions de gaz à effet de serre par secteur d’activité en 2015 :

Émission des gaz à effet de serre par secteur d’activité en 2015 :

Notre objectif est donc de favoriser un revirement de situation à ce niveau en déployant nos efforts sur la mise en place d’infrastructures physiques et numériques favorisant le transport actif et durable dans notre communauté et renverser de façon notable la tendance actuelle au sujet de l’utilisation des modes de transport par nos citoyens. Nous influencerons ainsi directement la qualité de vie des citoyens tout en améliorant notre bilan environnemental commun.

Toujours selon le document « Le Québec chiffres en main », édition 2018 publiée par l’Institut de la Statistique du Québec, il appert que :

  • 25,9 % des personnes de 15 ans et plus perçoivent leurs journées comme stressantes;
  • 47,5 % des personnes ont au moins un problème de santé chronique.

Nous croyons que certains objectifs liés à notre projet comme le transport actif et le développement d’un secteur agréable à vivre et conçu pour le bonheur de nos citoyens contribueront à améliorer ces statistiques à l’échelle de notre communauté.

Urbanisme actif et intégration urbaine

Un des éléments qui peut expliquer l’utilisation modérée des modes de transport actif et durable est certainement lié à l’étalement urbain sur notre territoire. À partir des données provenant du recensement 2016 de Statistique Canada de villes québécoises comparables en termes de population, on peut constater de façon objective notre enjeu à ce sujet. La densité de population sur notre territoire est beaucoup plus faible que dans les autres villes aux populations comparables.

 GranbySaint-JérômeDrummondvilleBrossard
Repentigny
Population 201666 22074 34575 42585 72084 285
Densité
(habitants/km²)
433,4822,1305,21 895,41 376,5

En nous inspirant des meilleures pratiques en développement urbain des « Villes agréables à vivre /Liveable city » pour réaliser notre projet, nous réussirons à améliorer la densification du noyau urbain, ce qui permettra de créer une nouvelle synergie dans notre communauté et influencer positivement les éléments que nous souhaitons améliorer dans notre milieu de vie, tels la santé, la réduction de la production de gaz à effet de serre, le bien-être, etc.

Les principaux principes d’urbanisme actif que nous retenons dans le cadre de notre proposition sont les suivants :

  • Amélioration de la qualité du cadre de vie et réappropriation de la ville par ses habitants;
  • Mixité des fonctions;
  • Valorisation du quartier par un projet immobilier intégré;
  • Préservation et mise en valeur du patrimoine bâti en tant qu’atout culturel.

Dans le même esprit, depuis 1991, l’organisme Commerce-Drummond a réalisé et documenté diverses études, analyses et recommandations visant la revitalisation socio-économique de Drummondville et de ce secteur plus particulièrement. Ces études ont, entre autres, fait l’objet de consultations publiques, de sondages et d’analyses statistiques.

Voici certains éléments et objectifs qui se dégagent de ces études, analyses et recommandations :

  • Développer le centre-ville avec une attitude qui favorise la recherche d’un développement durable, où il y a équilibre entre les besoins et le développement, et faire preuve de créativité et d’innovation;
  • Les efforts municipaux devraient traduire la volonté de faire en sorte de concentrer dans cet environnement l’activité de commerce et de service, et les institutions collectives qui desservent l’ensemble des citoyens, qui devraient tout naturellement s’y retrouver;
  • Assurer l’équilibre de l’offre résidentielle pour rendre le centre-ville accessible à tous les groupes d’âge et à tous les statuts sociaux;
  • Faire des interventions physiques qui respectent la trame actuelle et les bâtiments anciens;
  • Accentuer la mise en valeur des atouts naturels tels la rivière et les parcs en créant davantage de liens avec le centre-ville et en améliorant les accès avec le centre-ville;
  • Mettre davantage en valeur et promouvoir les attraits historiques et patrimoniaux;
  • Renforcer la vie socioculturelle, artistique et touristique pour en faire un milieu de vie de qualité;
  • Protéger, diversifier et renforcer la fonction résidentielle au centre-ville, et augmenter le nombre et la diversité des résidents;
  • Densifier, varier, spécialiser et équilibrer la fonction commerciale en développant des commerces et des services en protégeant et en implantant des institutions qui répondent aux besoins des résidents et qui assurent une qualité de vie;
  • Mettre en valeur un environnement bâti et naturel, et les caractéristiques historiques et architecturales du centre-ville;
  • Faire du centre-ville un milieu de vie de qualité en y offrant un cadre bâti et naturel bien aménagé et en y développant une vie de quartier structurante.

D’ailleurs, dans un rayon de 800 mètres ou moins (donc 10 minutes de marche ou moins) du présent projet, nous retrouvons une multitude de sites d’intérêt et essentiels à la vie quotidienne tels :

  • Des institutions d’enseignement des niveaux préscolaire, primaire, secondaire et collégial;
  • Le terminus urbain principal du transport en commun ainsi que la gare de train Via Rail;
  • La Place St-Frédéric (square urbain au cœur du centre-ville regroupant animation, spectacles extérieurs et un parc public) et des parcs municipaux majeurs (tels les parcs Woodyatt et Ste-Thérèse);
  • L’hôtel de ville, les bureaux de la M.R.C. et de la commission scolaire;
  • Le marché public et des épiceries;
  • La Bibliothèque publique;
  • Le Musée national de la photographie;
  • Un hôpital;
  • Un aréna;
  • Une multitude de cafés, restaurants et autres commerces de proximité, etc.

Ce projet devra donc permettre d’exploiter au maximum le concept de quartier « marchable » (walkable), un principe central dans la mise en place d’un écoquartier.

Interconnexion sociale

De plus, nous souhaitons intégrer dans ce secteur un moyeu/incubateur social, culturel et technologique qui assurera une connectivité intégrée de tous les citoyens qui y vivent, y travaillent, y circulent ou s’y divertissent. Le résultat recherché ici est d’atteindre une grande mixité et une grande interactivité des clientèles autant au niveau social que générationnel. Nous souhaitons un milieu de vie où les 0–100 ans collaborent et interagissent et partagent leurs expériences.

Pour atteindre cette mixité sociale et intergénérationnelle, nous allons d’abord réaliser la conversion de vestiges patrimoniaux industriels (chaufferie de l’ancienne usine) pour y intégrer des espaces collaboratifs de type « WeWork » qui incluront des mécanismes d’inclusion numérique visant à rendre nos infrastructures numériques accessibles à chaque individu et qui permettront au besoin de développer leurs compétences afin d’en faire usage efficacement.

Nous souhaitons ainsi développer des espaces collectifs à valeur ajoutée pour la communauté, tels des serres ou jardins intérieurs publics, et documenter à l’aide d’infrastructures numériques les bénéfices de ces espaces collectifs, par exemple, l’impact des produits y étant cultivés sur notre empreinte environnementale (vs l’achat de produits importés). Finalement, ces espaces collaboratifs comprendront aussi un volet culturel tel un musée qui sera évidemment accessible pour la communauté tant en personne que de façon virtuelle via des infrastructures numériques que nous allons mettre en place pour permettre aux citoyens qui ne peuvent s’y déplacer, de pouvoir bénéficier des œuvres y étant exposées.

Bref, nous souhaitons utiliser les opportunités offertes par ce projet pour mettre en œuvre des moyens permettant de développer de bonnes pratiques de « villes intelligentes » dans notre communauté par la mise en place d’infrastructures physiques et numériques, par la conversion de données en informations utilisables et par la mobilisation de diverses parties prenantes pour le déploiement d’innovations créatives et structurantes dans notre communauté.

L’investissement dans l’approche de ville intelligente nous permettra de soutenir nos objectifs de déployer l’accessibilité à la mobilité pour tous et la création d’expériences multimodales engageantes et uniques.

Nous souhaitons que le volet « ville intelligente » de notre projet se démarque par sa capacité à traiter les données témoignant de la dynamique et des usages de nos infrastructures physiques et numériques en temps réel et à transformer ces données en informations riches et permettant d’optimiser les éléments que nous souhaitons améliorer par ce projet, d’augmenter la transparence relative à celui-ci et d’y favoriser l’innovation.

Nous désirons développer des partenariats publics-privés-citoyens favorisant la mobilisation de l’intelligence collective et l’innovation dans la transformation de notre offre de service municipale en y augmentant l’adoption d’infrastructures numériques déployées dans notre communauté.

Gestion des matières résiduelles :

Faisant partie intégrante du concept d’écoquartier, la gestion des matières résiduelles fera certainement partie des enjeux traités lors de la mise en place du projet et les infrastructures développées devront nous permettre à terme de supporter cet enjeu et faire la promotion des meilleures pratiques à ce sujet.

Stratégie de mesure des progrès dans l’atteinte de résultats :

Pour mesurer nos progrès dans l’atteinte de nos résultats, il nous apparaît nécessaire de se doter d’un éventail d’indicateurs de résultats tangibles et mesurables et de prévoir des mécanismes permettant d’en suivre l’évolution.

Il sera donc requis d’identifier ces indicateurs liés à nos orientations et objectifs, de les suivre en continu et surtout, d’utiliser les résultats pour réaligner les orientations, s’il y a lieu.

L’analyse et la planification de notre projet par les indicateurs liés aux données provenant de nos infrastructures numériques doivent être dynamiques et évolutives, et non pas statiques.

Évidemment, il y aura lieu de procéder à des analyses pointues de nos systèmes informatiques en place afin d’identifier les interventions requises, s’il y a lieu, pour supporter des infrastructures communicantes, efficaces et durables. Il sera nécessaire que notre projet puisse s’appuyer sur une architecture TI ouverte, flexible et intégrée, en mesure de soutenir ces innovations. Il faudra prévoir investir de manière agile et continue dans notre architecture TI en l’adaptant pour supporter adéquatement cette transformation numérique.

Le projet de requalification du site de l’ancienne entreprise Fortissimo, un site industriel de 900 000 pieds carrés, situé au cœur du centre-ville, a fait l’objet de nombreuses démarches et réflexions au cours des dernières années. Le projet présentement développé est le fruit de nombreuses consultations dont voici les principaux éléments :

2013

COMMISSION CONSULTATIVE POUR LE DÉVELOPPEMENT DU CENTRE-VILLE

Novembre 2013 – La mobilisation citoyenne visant ce projet débute dès 2013 avec la mise en place d’une Commission consultative pour le développement du centre-ville le 18 novembre 2013.

La raison d’être de cette Commission est de faire des recommandations au Conseil municipal sur les actions à mettre en place pour redynamiser le secteur du centre-ville.

Cette Commission était composée de 15 membres dont :

  • 8 représentants du milieu (citoyens et commerçants);
  • 4 élus municipaux;
  • 1 fonctionnaire municipal;
  • 2 représentants de Commerce Drummond (organisme de développement commercial).

Cette Commission consultative tiendra 8 rencontres de travail durant l’année 2014, et conduira quelques activités de consultations publiques jusqu’au dépôt de son rapport final le 10 novembre 2014.

2014

10 septembre 2014 – Une première consultation publique ouverte à tous est tenue pour l’élaboration d’une vision de la revitalisation du centre-ville. Quatre-vingt-quinze (95) personnes participent à cette soirée de consultation dont émane une vision consensuelle en 3 axes. (http://www.journalexpress.ca/Actualites/2014-09-11/article-3866131/La-consultation-publique-a-connu-un-franc-succes/1)

22 octobre 2014 – À la suite de la première consultation du 10 septembre, une 2e soirée de consultation réunit cette fois soixante-quatre (64) personnes pour définir les moyens souhaités pour mettre en place la vision élaborée précédemment.

Ces deux activités de consultations mènent à la rédaction d’un rapport contenant 3 énoncés principaux et quelques orientations de projets qui est remis à la Commission consultative afin d’orienter ses recommandations à la Ville.

Extrait du rapport de consultation :

Énoncé #1 : Le centre-ville comme milieu de vie

Dans 10 ans, le centre-ville sera un milieu de vie où les familles auront choisi d’y vivre. Il offrira des logements de qualité qui favoriseront l’arrivée de nouveaux résidents tout en participant au rééquilibre démographique et à une plus grande mixité sociale. Les gens habitant le centre-ville auront un sentiment d’appartenance vis-à-vis leur quartier puisqu’il se différenciera des autres secteurs de la ville avec un milieu de vie animé, sécuritaire et plus attrayant.

Orientation A – Diversifier, densifier, améliorer et renforcer l’offre en logement (construire, rénover, nouvelle architecture, innovation). Proposer une offre résidentielle différente que celle présente sur le reste du territoire.

Projets proposés :

  • Recycler ou requalifier les anciens bâtiments (industriels et commerciaux);
  • Développer un projet résidentiel à l’ancienne usine Fortissimo;
  • Recycler les espaces existants (étages) pour du développement résidentiel;
  • Créer un cadre bâti avec une architecture distinctive;
  • Favoriser la cohabitation des différents usages et diversification des activités.

Septembre – octobre 2014 | Activité de consultation : Marche ton centre-ville

Cette activité de consultation diffusée sur le web invite les résidents à marcher dans le centre-ville et à remplir une fiche d’évaluation pour faire part à la Commission consultative de leurs observations et de leurs suggestions. La fiche d’évaluation est développée sur les principes retenus par Jan Gehl dans son ouvrage Pour des villes à échelle humaine (Cities for people), Éditions Écosociété, 2012.
https://www.youtube.com/watch?v=6IS9XKsU8YI

Les commentaires reçus font principalement état d’améliorations souhaitées dans les domaines suivants :

  • Améliorer les aménagements pour la circulation des marcheurs, des cyclistes et des visiteurs;
  • Créer des aménagements pour favoriser les contacts et les interactions entre les citoyens;
  • Faire en sorte de prolonger l’expérience agréable du centre-ville au-delà du parc central;
  • Augmenter et diversifier l’offre résidentielle.

10 novembre 2014 | Dépôt du rapport final de la Commission consultative au conseil municipal

Dans ce rapport qui tient compte de l’ensemble des activités de consultations menées, les trois visions générales développées viennent appuyer et motiver les différents éléments du présent énoncé de défi :

  • Le centre-ville comme milieu de vie;
  • Le centre-ville comme cœur des activités locales et régionales;
  • Le centre-ville en tant qu’environnement urbain et naturel.

La requalification du site de l’entreprise Fortissimo pour en faire un développement résidentiel diversifié est certainement la recommandation la plus ambitieuse de ce rapport.

2015 – Plan d’action :

À la suite du dépôt du rapport de la Commission consultative, la Ville de Drummondville adopte un plan d’action pour le développement du centre-ville qui comporte 21 actions. La requalification du site de l’usine Fortissimo située au cœur du centre-ville est une des recommandations centrales de ce plan.
(http://www.journalexpress.ca/actualite/le-centre-ville-fait-lobjet-dune-demarche-rigoureuse/)

18 mars 2015 – Consultation ciblée auprès des organismes de développement et des partenaires institutionnels de la Ville : Faisant suite à l’adoption de son plan d’action, et accompagnée par la firme Aecom, la Ville de Drummondville conduit une activité de consultation auprès de divers organismes et associations concernés par le développement du centre-ville. L’objectif de cette consultation est d’orienter le développement du site tout en s’assurant de l’adéquation entre les objectifs des citoyens, les besoins des acteurs du centre-ville et les diverses institutions voisines du site.

Dix groupes et organismes participent à cette consultation qui réunissait 29 intervenants :

  • Société d’histoire de Drummond;
  • Chambre de commerce de Drummond;
  • Centre intégré de santé et services sociaux;
  • Commission scolaire des Chênes;
  • Commerce Drummond;
  • Société de développement économique de Drummondville;
  • Collège St-Bernard (institution voisine du site);
  • Citoyen, représentant du Comité consultatif d’urbanisme de la Ville (CCU);
  • Membres du conseil municipal (7);
  • Membres de l’équipe administrative de la Ville.

Les résultats de cette consultation sont résumés en 6 principaux axes qui appuient également les composantes du présent énoncé de défi :

  • Forme urbaine;
  • Mobilité et transport actif;
  • Stationnement;
  • Mixité et vocations;
  • Rentabilité économique;
  • Durabilité.

Cette démarche permet à la Ville d’élaborer les premiers scénarios de requalification du site et de confirmer son orientation quant à la mise en place d’un écoquartier diversifié devant servir de modèle d’intégration urbaine.

2017

5 juillet 2017 – Suite au processus d’acquisition de la propriété, la Ville organise une journée de consultation publique où tous les citoyens peuvent s’inscrire afin de partager leurs opinions et leurs visions quant au développement du site Fortissimo.

Tel que le mentionne le maire Alexandre Cusson dans un communiqué du 19 juin 2017 annonçant cette consultation : « Je crois fortement qu’une participation citoyenne active dans ce dossier nous permettra une réflexion bénéfique sur ce que pourrait devenir le site de l’ancienne Fortissimo. Drummondville est la ville de toutes les citoyennes, de tous les citoyens, ce pour quoi il m’apparaît judicieux que toutes et tous puissent partager leurs réflexions portant sur l’avenir de cet important espace ». http://www.drummondville.ca/consultation-requalification-site-de-lancienne-fortissimo/

Lors de cette consultation, 20 citoyens et groupes inscrits ont bénéficié d’une période de 20 minutes pour présenter le fruit de leurs réflexions.

Le détail des présentations se retrouve dans le compte-rendu de consultation mais les éléments suivants sont ressortis comme des incontournables, étant mentionnés par plusieurs citoyens :

  • Miser sur les pratiques écoresponsables/vision écologique/architecture innovante;
  • Assurer une diversité d’usages et de clientèles;
  • Conserver les berges de la rivière à des fins publiques et aménager des espaces verts de qualité;
  • Intégration du site aux zones institutionnelles et commerciales voisines;
  • Interconnecté aux réseaux de transports actifs;
  • Etc.

2018

Plan de développement

Dès le début 2018, un comité de travail est mis en place par la Ville dans le but de créer un plan de développement qui répondra aux aspirations exprimées par la population dans les étapes de consultations précédentes. Pour s’assurer de mettre en place les meilleures pratiques de planification et d’intégration urbaine ainsi que de développement durable, la Ville s’adjoint les services de la firme d’architecture Atelier Pierre Thibault reconnue pour ses façons de faire et sa philosophie qui place au cœur de sa démarche l’humain et ses interactions constantes avec le territoire qu’il habite.

Projet culturel – Musée

Au plan culturel, pour faire écho aux propositions de « hub » culturel intégré, une étude de faisabilité a également été réalisée pour un projet de musée inclusif et expérientiel. Dans le cadre de cette étude, divers intervenants du milieu culturel ont été consultés.

Suites et consultations…

Dans le cadre de sa démarche d’élaboration d’un plan de développement du projet, et toujours dans l’esprit de l’actuel Défi des villes intelligentes, la Ville prévoit soumettre à la consultation publique différentes options d’aménagement afin de s’assurer de l’adéquation entre les visions exprimées et leurs applications lors de la réalisation du projet.

La forme finale de cette étape de consultation reste à définir en fonction des éléments qui pourront être intégrés au projet. À ce chapitre, une maquette sera, entre autres, produite pour permettre de visualiser les concepts avancés et de bien communiquer à la population l’état d’avancement des réflexions.

Détails de la proposition préliminaire

Cette proposition comportera plusieurs projets axés sur l’urbanisme actif, la communication, la collaboration, la mobilité active et durable, la sécurité, l’écologie et la culture, tels que décrits précédemment. Des activités de communication, d’analyse et de validation de concepts avec les différentes parties prenantes du projet ainsi qu’avec la clientèle visée et la communauté seront réalisées avant de débuter toute implantation.

Aménagements physiques (principe de densification) et développement de liens favorisant le transport actif en reliant le projet aux sites d’intérêts environnants. Mise en place de système de partage de vélos et véhicules électriques. Quantification des déplacements actifs et durables et de la réduction de l’émission des gaz à effet de serre. Nous désirons munir ce secteur et ses différentes infrastructures publiques et privées de systèmes à haute efficacité énergétique durables munis de solutions de gestion de l’énergie et des actifs.

Développer les applications et infrastructures numériques permettant d’instaurer l’esprit de communauté, augmenter la satisfaction des citoyens et d’améliorer les interactions avec la municipalité via des outils modernes et faciles d’accès, tels :

  • Application mobile permettant de favoriser et mesurer la mobilité active et durable. Objectif : développer une application « intelligente » qui permettra de mesurer et d’inciter la communauté à utiliser les déplacements actifs (vélo ou à pied) et qui permettrait ensuite, par exemple, d’obtenir des points échangeables contre des rabais pour l’utilisation du transport en commun. Une infrastructure numérique qui permettait donc de cumuler des points sur les déplacements actifs que les utilisateurs pourraient ensuite convertir en échange de gratuité pour le transport en commun ou pour l’inscription à des activités favorisant le bien-être et la forme physique.
  • Application mobile et/ou numérique permettant de favoriser et d’augmenter la participation citoyenne en permettant aux citoyens de proposer des idées (ex. : corvée de ménage des berges, mise en place d’un projet structurant pour la communauté) et ainsi cumuler des points qu’ils pourraient ensuite convertir en échange pour de la gratuité du transport en commun ou l’inscription à des activités favorisant le bien-être.
  • Développement d’outils numériques assurant la mise en place d’un quartier connecté pour une interactivité améliorée qui nous permettra de rejoindre facilement les clientèles cibles pour leur transmettre de nouvelles suggestions d’activités de façon ciblée, et personnalisée, selon le profil du citoyen. Ce type d’outils technologiques pourra aussi servir à combattre l’isolement des clientèles sensibles (immigrants, aînés, personnes seules, etc.) en leur permettant de faire du réseautage avec leurs concitoyens. Ces outils pourront aussi nous permettre de proposer des activités et/ou lieux de rencontre pour favoriser un achalandage permettant d’y créer l’inclusion de notre communauté, d’y faciliter la gestion de la sécurité et l’entretien de ces lieux.
  • Étendre la portée des communications aux acteurs du quartier et des secteurs avoisinants pour développer un quartier interconnecté avec des infrastructures numériques qui permettront aux différentes parties prenantes (écoles, hôpital, musée, bibliothèque, marché public, partenaires privés, etc.) de communiquer les activités locales pour en faire la promotion à la clientèle cible de notre communauté. Concentrer une panoplie d’activités dans ou près du quartier pour mieux gérer notre offre de mobilité active et durable. De plus, il est prévu de déployer dans l’ensemble des endroits publics de ce projet une connexion WiFi disponible et efficace.

L’utilisation d’infrastructures numériques et d’outils technologiques aidera, par exemple :

  • À réduire la consommation d’énergie et augmenter la sécurité du quartier par l’utilisation de bonnes pratiques novatrices. Par exemple, l’utilisation de systèmes d’éclairage connectés dont les capteurs peuvent fournir une multitude d’informations nous permettra d’implanter des applications réactives pour améliorer la sécurité des gens tout en limitant la consommation énergétique.

Pour les constructions, l’intégration de technologies réduisant la facture énergétique en utilisant l’énergie solaire passive et la récupération d’énergie peut aussi nous permettre de diminuer les GES.

  • La planification de l’optimisation du stationnement hors des lieux afin de libérer des voies réservée aux piétons, cyclistes et au transport en commun. La gestion et la disponibilité des stationnements dans cet environnement pourront se faire via une application mobile, par exemple. Des aménagements de rues non-conventionnels et adaptés à la mobilité durable contribueront aussi à la qualité de vie de cet écoquartier.

Déploiement des meilleures pratiques en termes de mise en place d’infrastructures physiques et numériques pour en faire un lieu sain et sécuritaire pour les citoyens ainsi qu’un modèle de référence en terme de quartier écologique.

Les projets et actions proposés devront donc nous nous permettre de :

  • Améliorer la qualité du cadre de vie et permettre une réappropriation de la ville par ses habitants;
  • Assurer une mixité des fonctions et des clientèles;
  • Valoriser le quartier par un projet immobilier intégré;
  • Préserver et mettre en valeur le patrimoine bâti en tant qu’atout culturel.

La conception des programmes immobiliers qui composeront ce nouveau quartier permettra d’articuler ses dimensions urbaines et paysagères propres pour structurer des aménagements, des infrastructures et des bâtiments à « échelle humaine » favorisant les interactions et le sentiment de confort des résidents et des passants. Elle assurera ainsi une saine cohabitation de tous les types de clientèles.

L’offre de logement de ce projet reflétera aussi ces principes de mixité et d’inclusion sociale en intégrant une variété de types de logements, de propriétés. Par exemple, les programmes immobiliers déployés incluront une proportion de logements sociaux et abordables intégrés aux habitations en copropriété et autres. Cet éventail d’offres devra répondre aux besoins d’une clientèle clairement multigénérationnelle. Autant les familles que les personnes vivant seules, de 0 à 100 ans, devront pouvoir faire partie de cette mixité reconnue comme contribuant à la qualité de vie des citoyens.

Parlant d’intégration, les réseaux d’infrastructures (services et voies de circulation) mis en place pour desservir ce nouveau secteur devront aussi s’intégrer parfaitement au cadre bâti existant des secteurs résidentiels et institutionnels voisins. Cette intégration devra se faire de façon à minimiser les impacts environnementaux du projet tout en multipliant les bénéfices pour les citoyens du secteur et de l’ensemble du centre-ville.

Le développement d’un écoquartier ne peut évidemment pas se faire sans la mise en place de mesures concrètes pour minimiser les quantités de matières résiduelles générées. Bien que la Ville atteigne déjà un bon niveau de performance à ce niveau, un plan de gestion des matières résiduelles sera associé au quartier et des infrastructures de collecte de déchets « intelligentes » pourront à terme s’intégrer de façon à limiter les rejets et à minimiser l’impact environnemental de leur collecte.

Développer un moyeu/incubateur social, culturel et technologique au cœur du projet. Ce volet du projet consiste à réaliser la reconversion de vestiges industriels patrimoniaux (chaufferie d’une ancienne usine) sur le site en un bâtiment à très haute efficacité énergétique et y intégrer :

  • Des espaces collaboratifs qui comprendront des zones connectées avec salles de rencontre, de réunion ou de travail. Ces espaces devront aussi inclure des mécanismes d’inclusions numériques qui permettront de rendre nos infrastructures numériques et nos outils technologiques accessibles à chaque individu et qui permettront aussi s’il y a lieu, de développer leurs compétences pour les utiliser adéquatement.
  • Un espace culturel à la fine pointe de la technologie tel un musée connecté et virtuel qui permettra d’étendre les expositions hors de ses murs et d’en faire la promotion vers les institutions (écoles, hôpitaux, résidences et visiteurs). Cet espace permettra d’offrir une vitrine culturelle unique à la communauté.
  • Finalement, nous souhaitons y intégrer des espaces collectifs novateurs tels des serres ou jardins intérieurs publics accessibles à l’année et permettant d’y cultiver fruits, fleurs et légumes. Nous souhaitons développer des infrastructures numériques qui permettront de documenter ce qui y serait produit par notre communauté et l’impact de cette production sur l’empreinte écologique de la chaîne alimentaire habituelle.
  • Tous ces espaces seront des lieux accessibles à l’ensemble de la communauté en incluant les clientèles des institutions telles que les patients de l’hôpital et les élèves des écoles.

Une analyse pointue de nos systèmes informatiques et de la capacité de notre organisation sera requise pour nous assurer d’identifier les interventions et ressources requises s’il y a lieu pour nous assurer d’être en mesure de bien supporter le déploiement de ce projet tant au niveau technologique, qu’au niveau organisationnel. Il faudra être en mesure de nous assurer de déployer des infrastructures communicantes, efficaces et durables. Il sera nécessaire que nos nouvelles infrastructures numériques et nos nouveaux outils technologiques puissent s’appuyer sur une architecture informatique (TI) ouverte, flexible et intégrée qui soutiendra efficacement l’innovation.

Il est prévu, dans le cadre de ce projet, de réaliser des partenariats au niveau des investissements entre les parties prenantes (privées et publiques) pour le financement des différents éléments à y réaliser. Des appels de proposition respectant les lois et règles permettront donc de s’adjoindre des investisseurs pertinents et intéressés par certains volets du projet, comme pour la réalisation de bâtiments résidentiels et commerciaux ainsi que pour la mise en place des infrastructures appropriées.

Ce projet s’inscrit parfaitement dans le cadre de la planification stratégique de la Ville de Drummondville 2017-2022. Cette planification stratégique a été développée dans une perspective de partenariat avec les citoyens, les organismes et les entreprises du milieu. Lors de la démarche d’élaboration de notre planification stratégique, toutes les activités de concertation planifiées avec les acteurs du milieu ont permis d’assurer non seulement une gouvernance saine dans un climat de confiance et de transparence, mais ont aussi facilité la mise en place d’orientations et d’actions structurantes permettant aussi une résolution de certains enjeux dans notre communauté.

Il est important de bien cadrer en partant que l’ensemble des orientations et actions définies dans notre planification stratégique s’articule autour d’une organisation matricielle qui s’appuie sur les perspectives du développement du durable et sur les trois piliers de notre vision, soit : l’ « Expérience citoyen », la « Ville intelligente » et la « Gestion des infrastructures et du territoire ».

Plus concrètement, notre projet adresse des enjeux liés directement à plusieurs de nos orientations et de nos actions de la planification stratégique. À titre de référence, notre projet adresse les éléments suivants de notre planification stratégique :

  • ORIENTATION # 4 : Amorcer l’élaboration d’un plan de mobilité durable (transport en commun et transport actif) :
    • Action # 4.2 : Optimiser les modes de transport alternatif (transport en commun et transport actif).

 

  • ORIENTATION # 5 : Valoriser les quartiers :
    • Action # 5.2 : Suivre le Plan de développement du centre-ville de Drummondville et celui du site Fortissimo (secteur concerné par le présent projet);
    • Action # 5.4 : Saisir les opportunités de valorisation de l’ensemble des quartiers de notre ville.

 

  • ORIENTATION # 7 : Améliorer le service aux citoyens et les relations avec la communauté par l’intégration des technologies de l’information et de la communication (TIC) :
    • Action # 7.4 : Établir une stratégie de déploiement de zones Wi-Fi.

 

  • ORIENTATION # 9 : Réduire l’empreinte écologique de l’organisation par l’utilisation des infrastructures numériques (TIC).

 

  • ORIENTATION # 10 : Analyser les opportunités quant au partage de données avec les citoyens et les entreprises :
    • Action # 10.2 : Assurer un leadership auprès des acteurs socio-économiques du milieu afin de connaître les données en leur possession et les synergies possibles.

 

  • ORIENTATION # 13 : Gérer les risques liés aux changements climatiques afin de s’y adapter :
    • Action # 13.6 : Respecter notre engagement de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 5 %.

 

  • ORIENTATION # 16 : Planifier et développer les infrastructures nécessaires à la croissance économique (secteurs industriel, commercial et des services) :
    • Action # 16.3 : Mener une réflexion sur la requalification de sites potentiels.

Vous pourrez prendre connaissance de notre planification stratégique dans son intégralité en consultant le lien suivant :

Planification stratégique 2017-2022

Matrice Planification stratégique 2017-2022.pdf (31.2kb)
Planification_stratégique-2017_2022_Ville_de_Drummondville.pdf (4.15mb)

Approche holistique

La Ville a depuis longtemps développé une approche holistique, intégrée, dans la gestion des grands projets. L’importance accordée au développement d’une vision d’ensemble des enjeux nous permet d’avoir une compréhension complète de ceux-ci et favorise une grande mobilisation.

Cette capacité à gérer des projets complexes et multipartites impliquant des intérêts de différents milieux fut démontrée, entre autres, dans la gestion de projets majeurs touchant les milieux culturel, sportif, communautaire, du développement économique, et même de l’éducation supérieure.

Débutant par la mise en place de groupes de concertation et de mobilisation, la Ville s’assure de valider la pertinence et la concordance de ses projets avec les besoins des différents milieux.

Une fois la pertinence validée, des comités multipartites sont aussi mis en place pour permettre aux différentes sphères (internes et externes) d’apporter leurs contributions, du développement de l’avant-projet jusqu’à la réalisation finale.

Cette relation en continu avec les acteurs du milieu est une pratique intrinsèque à notre fonctionnement qui assure une grande transparence de gestion et une grande efficacité dans la définition des besoins qui sont communiqués aux professionnels engagés par la suite.

En mode réalisation, une équipe multidisciplinaire comprenant les représentants des services concernés (ingénierie, environnement, loisir, projets spéciaux, etc.), et les acteurs touchés, est toujours mise en place pour guider le travail des professionnels mandatés à l’externe.

La Ville a également créé en 2013 le poste de conseiller aux projets spéciaux dont le rôle est principalement d’assurer la coordination et la concertation de tous les acteurs-clés de ses projets majeurs.

La Ville de Drummondville est sans contredit une référence en matière de gestion multipartite. La force de notre approche réside ainsi dans notre capacité à assurer la concertation et l’arrimage entre les acteurs de différentes sphères qui sont influencés par un même projet. En voici quelques exemples :

Campus universitaire (2016 – 21 M$)

Le projet le plus significatif au chapitre de la gestion de projet complexe et multipartite est certainement la réalisation du campus de l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) à Drummondville, qui a ouvert ses portes en janvier 2016.

Ce campus est le seul du Québec de propriété municipale construit en collaboration avec l’institution qui l’opère. De plus, ce projet d’implantation d’un nouveau campus a fait l’objet d’une concertation locale et régionale sans comparable, ce qui se reflète dans le succès phénoménal de la campagne de financement initiale du projet qui a permis de récolter 8 M$ auprès de donateurs de la région, un résultat jamais vu auparavant.

Du début de la mobilisation locale pour le projet, jusqu’à la construction même des infrastructures et à la mise en service du campus, la Ville de Drummondville a joué un rôle essentiel de promoteur et de gestionnaire de ce projet des plus structurant.

Que ce soit pour la négociation et l’acquisition des terrains appartenant à une congrégation religieuse, la définition des besoins de formations en concertation avec le milieu des affaires, la négociation des ententes de location/achat avec les ministères, ou l’élaboration du plan fonctionnel et technique avec les divers représentants de l’université, la Ville a su coordonner les besoins et attentes des nombreux partenaires politiques, institutionnels et privés pour permettre l’implantation du tout premier campus universitaire au Centre-du-Québec.

D’autres projets d’ampleur et de complexité élevée ont aussi été réalisés dans les dernières années en mettant en place les mêmes mesures de concertation et de gestion de projet. La diversité de ces infrastructures a exigé de la Ville de s’adapter et de toujours s’assurer d’obtenir les expertises nécessaires.

Nouvelle bibliothèque publique de Drummondville (2017 – 23 M$)

Inaugurée en septembre 2017, cette bibliothèque est un projet audacieux et innovateur qui a pu voir le jour suite à un large processus de planification intégrée auquel sont ajoutés plusieurs services municipaux ainsi que des organismes partenaires tels une Société de généalogie et une Société d’histoire (Centre d’archives agréé), et le ministère de la Culture et des Communications du Québec.

Le principal défi de ce projet réside dans l’intégration des besoins de chacun dans un ensemble intégré qui fait aujourd’hui office de référence comme bâtiment culturel municipal. Le respect des règles et des normes imposées par les domaines d’activités de chacun des intervenants, ajoute à l’importance de la concertation mise en place, en plus des nombreux critères ministériels liés au financement gouvernemental d’un tel projet.

Maison des arts Desjardins Drummondville (2011 – 22,5 M$)

Fier exemple de partenariat et de concertation, ce projet de rénovation majeure du principal édifice culturel de la Ville, impliquait de nombreux organismes dont les besoins sont aussi variés que les clientèles, en plus des exigences du ministère de la Culture et des Communications. Lieu quotidien de création, de formation et de diffusion, la fréquentation de cette infrastructure a toujours été très importante en nombre, mais aussi en diversité d’intérêts. L’ensemble de ces éléments a été intégré dès le départ, dans une approche inclusive, pour assurer la cohésion des activités dans les nouveaux espaces créés, et aussi durant les travaux, période pendant laquelle la salle de spectacle et tous les organismes résidents (orchestre symphonique, académie de ballet, troupes de danse amateurs et professionnelles, école de théâtre, guilde des artistes, etc.) ont dû être relocalisés de façon à maintenir leurs activités. Encore une fois, la concertation et la collaboration des différents milieux a permis non seulement le financement (public et privé) et la réalisation de ce grand projet, mais surtout son grand succès.

D’autres grands projets de la Ville ont aussi été récemment réalisés dans le même mode de gestion impliquant une diversité d’intervenants et dont la mise en commun des forces et des intérêts ont permis de construire non seulement des infrastructures municipales majeures et de qualité, mais surtout des projets intégrateurs et gagnants pour l’ensemble de la communauté. On peut penser ici au Complexe sportif de Drummondville et son voisin, l’Aquacomplexe, qui ont tous deux été inaugurés en 2011.

Le Centrexpo Cogeco Drummondville inauguré en 2015 fait également partie de cette liste de projets multipartites gagnants et bénéficiant à l’ensemble de nos citoyens et de nos visiteurs.

À cette étape, l’ensemble des éléments et des investissements proposés serviront essentiellement à bien étoffer notre proposition et à en élaborer la charte du projet qui sera ensuite un outil essentiel pour permettre de mener le projet à terme. Pour réussir à le développer et à élaborer celui-ci pour être en mesure de passer à l’étape suivante, il sera requis de prévoir les activités suivantes :

  • Embauche d’un chargé de projet (septembre 2018 à mars 2019) contractuel :

Estimation du coût : 40 000 $

Objectifs : Travailler à temps plein sur l’élaboration de notre proposition, des éléments à développer et sur la charte de projet. Celui-ci devra superviser les différents mandats externes en plus d’élaborer un plan stratégique du projet qui devra inclure la conciliation des informations provenant de ces différents mandats. Il devra produire un document qui inclut les échéanciers, les estimations complètes et une étude économique, les études techniques requises pour mesurer les infrastructures physiques et numériques qu’il est requis de développer ainsi que les études d’impact du déploiement de ce projet sur notre organisation (tant au niveau des ressources physiques que sur nos systèmes informatiques en place).

  • Évaluation des données requises et des infrastructures numériques à développer pour supporter notre projet :

Estimation des coûts : 100 000 $

Objectifs : Évaluer la portée et les coûts de la mise en œuvre des infrastructures numériques ainsi que des applications et des outils technologiques requis pour supporter notre projet et nos objectifs. Développer notre stratégie de collecte et de mesure des données requises avant la réalisation du projet et suite à la mise en œuvre pour nous doter d’indicateurs de résultats tangibles et mesurables et de prévoir les mécanismes qui permettront d’en mesurer l’évolution.

  • Évaluation de nos systèmes informatiques en place :

Estimation des coûts : 20 000 $

Objectifs : Procéder à des analyses pointues de nos systèmes informatiques en place afin d’identifier les interventions requises, s’il y a lieu, pour que nos systèmes puissent supporter adéquatement notre transformation numérique.

  • Réalisation d’un plan concept du projet et des infrastructures physiques à mettre en œuvre :

Estimation des coûts : 65 000 $

Objectifs : Réalisation d’un plan concept du projet et des infrastructures à mettre en place pour le réaliser. Réalisation du concept proposé en maquette pour bien exposer le projet et aux fins de présentation lors de rencontres publiques éventuelles.

  • Réalisation d’une étude économique :

Estimation des coûts : 25 000 $

Objectif : Concilier les informations nécessaires pour permettre de déterminer l’estimation des investissements requis par le projet pour en déterminer une approximation des ressources monétaires requises pour son accomplissement. Consolider les coûts estimés de chaque activité individuelle de façon à établir une référence de base de l’ensemble des coûts. Préparation de l’ensemble des investissements requis des différentes parties prenantes au projet (publiques et privées), analyse de rentabilité et montage financier.

Estimation totale des coûts : 250 000 $

Design urbain et architecture – Atelier Pierre Thibault, firme d’architectes

C’est pour mettre en place les meilleures pratiques de planification et d’intégration urbaine que la Ville s’est d’abord adjoint les services de la firme d’architecture de réputation internationale Atelier Pierre Thibault, reconnue pour sa philosophie qui place au cœur de sa démarche l’humain et ses interactions constantes avec le territoire qu’il habite.

La pratique de Pierre Thibault a plusieurs fois été primée, au Canada, aux États-Unis et en Europe. Cette firme s’intéresse particulièrement aux questions urbaines. Allant de simples installations, aux grands projets d’envergure publique s’ancrant au coeur de la communauté, l’Atelier Pierre Thibault cherche à créer des lieux rassembleurs, à échelle humaine, qui facilitent les échanges et les rencontres.

Cette firme est donc toute désignée pour nous accompagner dans l’élaboration de ce projet.

Technologies de l’information – CGI

Pour cibler les solutions technologiques qui appuieront efficacement les actions liées à la connectivité et à l’inclusion numérique des citoyens et pour valider la faisabilité des concepts avancés, la Ville devra être accompagnée de professionnels des technologies de l’information. C’est pourquoi nous avons déjà impliqué la firme CGI dans cette première étape de réflexion et de proposition préliminaire.

CGI a déjà fait ses preuves dans le domaine des Villes intelligentes grâce à sa méthodologie « Villes du futur » qui contribue à l’organisation de la transformation de ses clients et à l’obtention d’un programme viable et durable, en tenant compte des volets Social, Environnemental et Économique.

Les solutions de CGI touchent plusieurs domaines et visent à améliorer la participation citoyenne, la sécurité, l’éducation, la gestion de l’énergie, des actifs, l’administration publique, les services de santé et à la personne, le transport et le tourisme.

Les exemples cités dans ce court énoncé et dans les différentes sections de ce formulaire indiquent la profondeur des services et solutions que Atelier Pierre Thibault et CGI peuvent mettre à contribution pour accompagner Drummondville dans son projet.

Autres expertises

D’autres firmes professionnelles pourront être mandatées, au besoin, en fonction des spécificités des projets retenus et des expertises nécessaires qui sont en constante évolution.

Partenaires promoteurs

Le plan de développement en préparation pour ce projet prévoit la mise en vente de différents lots devant répondre aux exigences de programmes immobiliers et technologiques prédéfinis. Les promoteurs qui souhaiteront investir dans ce projet seront donc aussi des partenaires-clés pour atteindre nos objectifs ambitieux d’aménagements physiques et numériques. Ces partenaires seront soumis à un processus rigoureux d’appels de candidature.

Partenaires locaux

Le site visé est accolé au principal pôle institutionnel de la ville comprenant un hôpital, une école secondaire et un établissement d’enseignement privé. L’organisation des infrastructures, des espaces et leurs interactions avec le milieu environnant se feront nécessairement en collaboration avec ces organisations voisines qui, conjointement, reçoivent quotidiennement, plus de 2 000 élèves de niveaux préscolaire, primaire et secondaire, plus de 1200 employés, et des centaines de patients. La participation et l’intégration de tous ces citoyens à la mise en place de nos projets seront un incontournable pour la réussite de ceux-ci.

Pour en savoir plus sur le Défi des villes intelligentes

Visionnez la vidéo explicative en cliquant sur le bouton ci-dessous.

MENU