fermer
COVID-19 | En raison de la pandémie, la plupart de nos installations sont fermées et nos services peuvent être différés. Mais soyez assurés que nous sommes mobilisés pour vous offrir les services essentiels et que nous demeurons joignables par téléphone ou courriel. Merci de votre compréhension! - En savoir plus / Inscription aux alertes

19 décembre 2019

La mobilité durable, au cœur de notre qualité de vie

En septembre dernier, la Ville a lancé son Plan de mobilité durable, un dossier que j’ai eu la chance de mener au niveau politique. Il s’agit d’une vision concertée pour développer notre transport en équilibrant les préoccupations économiques, sociales et environnementales. Mais la mobilité est bien plus qu’une question de transport : elle est surtout au cœur de notre qualité de vie.

Au plan économique, la mobilité durable permet de réduire le fardeau d’une des principales dépenses des ménages québécois, le transport. Selon CAA Québec, en 2013 le coût moyen d’utilisation d’un véhicule personnel était entre 8 000 et 12 000 $ par année. Considérant qu’en 2015 le revenu médian des ménages drummondvillois était de 50 390$ comparativement à la moyenne québécoise de 59 822$ et que 89% des déplacements sur notre territoire se font en voiture, il est impératif de fournir des options de transports moins dispendieuses aux citoyens. Dans un contexte de pénurie de main d’œuvre, la mobilité durable accroît également l’attractivité de notre milieu de vie et augmente la productivité des employés par l’exercice physique via le transport actif (marche et vélo).

Au niveau social, le transport actif contribue aussi au développement de saines habitudes de vie. Une socialisation accrue via les modes actifs et le transport en commun contribue à une bonne santé mentale. Accroître la diversité des modes de transports donne aussi des alternatives viables aux nouveaux arrivants, facilitant ainsi leur intégration dans notre collectivité. Cette diversification favorise également la participation et l’équité sociale ainsi que la protection des personnes plus vulnérables dans leurs déplacements, tels les enfants, aînés et gens à mobilité réduite. Une réduction du nombre de voitures réduit également la congestion routière.

Au plan environnemental, comme le transport routier est le plus grand émetteur d’émissions de gaz à effet de serre au Québec, la mobilité durable est le moyen principal pour les réduire. La réduction de l’étalement urbain visée par le réseau de transport en commun structurant contribuera à protéger les milieux naturels. L’ajout de verdure aux voies publiques favorise l’adaptation aux impacts des changements climatiques tels que l’intensification des averses et l’augmentation des périodes de chaleur accablante.

Bref, le nouveau Plan de mobilité durable de la Ville est un outil central pour augmenter notre qualité de vie. Je vous invite également à prendre connaissances des objectifs du Plan dans un autre billet de blogue que j’ai écrit.

M. John Husk District 5

Accéder au profil complet
MENU