fermer
Interruption du service de transport en commun jusqu’à nouvel ordre - En savoir plus / Inscription aux alertes

21 novembre 2019

La transition pas à pas ou pas

Ici à Drummondville, 1 an déjà depuis l’adoption de la déclaration d’urgence climatique (la Duc) et 2 marches pour le climat plus tard, voici le bilan! La réticence au changement nous ralenti dangereusement!

Est-il un problème trop gros auquel une collectivité mobilisée ne puisse triompher, avec de la volonté et la connaissance? Peut-être manque-t-il un ingrédient…

Pour espérer guérir, mieux vaut savoir de quel mal on souffre. Voici un résumé du livre « le bug humain », écrit par Sébastien Bohler, publié sur le site www.franceculture.fr :

« Peut-on lutter contre soi-même ? Et si notre cerveau était devenu notre pire ennemi ?

Plus qu’un moment critique nous vivons une véritable tragédie. Surpopulation, surpoids, surproduction, surconsommation, surchauffe, surendettement, nous avons basculé dans l’ère de tous les superlatifs qui mène l’humanité tout droit à sa perte. Si la capacité des ressources de la planète sont comptées, alors nos jours aussi le seront… Inéluctablement.
Mais alors que la situation empire heure après heure, aucune réponse collective tangible ne vient. Nous voyons le mur se rapprocher et nous ne faisons rien. La conscience de ce qui nous attend ne semble avoir aucun effet sur le cours des événements. Pourquoi ?
Sébastien Bohler docteur en neuroscience et rédacteur en chef du magazine Cerveau et psycho apporte sur la grande question du devenir contemporain un éclairage nouveau, dérangeant et original. Pour lui, le premier coupable à incriminer n’est pas l’avidité des hommes ou leur supposée méchanceté mais bien, de manière plus banalement physiologique, la constitution même de notre cerveau lui-même.

Au cœur de notre cerveau, un petit organe appelé striatum régit depuis l’apparition de l’espèce nos comportements. Il a habitué le cerveau humain à poursuivre 5 objectifs qui ont pour but la survie de l’espèce : manger, se reproduire, acquérir du pouvoir, étendre son territoire, s’imposer face à autrui. Le problème est que le striatum est aux commandes d’un cerveau toujours plus performant (l’homme s’est bien imposé comme le mammifère dominant de la planète) et réclame toujours plus de récompenses pour son action. Tel un drogué, il ne peut discipliner sa tendance à l’excès. À aucun moment, il ne cherche à se limiter.
Hier notre cerveau était notre allié, il nous a fait triompher de la nature. Aujourd’hui il est en passe de devenir notre pire ennemi. »

Ne perdons pas trop de temps à chercher les coupables ou des sauveurs nous faisons tous partie du problème et de la solution. La situation environnementale doit nous pousser à remettre les valeurs aux bonnes places tout en sortant de l’ère du jetable pour aller vers le durable. Pelleter en avant à ses limites et la 6e extinction est là pour nous le rappeler, nous sommes sur la liste. Agir localement dans une pensée globale voilà une formule gagnante pour sortir d’une société sclérosée au nombrilisme destructeur. Ouvrir ses horizons et se donner le droit, à soi ainsi qu’aux générations futures, d’accéder à une société évoluée où le partage l’entraide et un environnement sain font partie de l’ADN. Où le PIB passe après le progrès intérieur réel.

Ajoutez de l’amour, laissez agir et ça fonctionnera! Dans toutes les villes qui innovent le conseil municipal y est un phare!

M. Alain D’Auteuil District 4

Accéder au profil complet
MENU