fermer

4 février 2019

Pourquoi modifier les voies publiques lors de leur réfection?

Depuis quelques années, lorsque la Ville fait la réfection de voies publiques celles-ci sont souvent modifiées pour en réduire la largeur, ajouter de la verdure, des trottoirs ou des voies cyclables. Un exemple récent est celui de la rue Lindsay. Pourquoi au juste?

 

Tout d’abord, il importe de comprendre que le réseau routier a largement été conçu à une autre époque où les enjeux sociétaux et donc les normes de conception n’étaient pas les mêmes. Par exemple, certaines rues peuvent avoir plus de 15 mètres : c’est plus large que l’équivalent de quatre voies de l’autoroute 20!

 

Aujourd’hui, les besoins de la population et les enjeux ont changé. Nous sommes maintenant dans une ère de vieillissement de la population où il y aura de plus en plus d’aînés qui auront besoin de se déplacer autrement qu’en voiture. Nous faisons face aux effets des changements climatiques qui intensifient les averses et vagues de chaleur. De plus, nous devons réduire nos émissions de gaz à effet de serre, notamment par la mobilité durable dont la marche et du vélo. Soulignons également l’importance de fournir les infrastructures aux citoyens pour favoriser l’adoption de saines habitudes de vie par l’activité physique.

 

La réfection d’une voie publique présente donc une opportunité pour prendre en charge ces enjeux touchant directement notre qualité de vie. C’est pourquoi lorsque c’est pertinent la Ville diminue la largeur des rues pour réduire la superficie imperméable et mieux gérer l’eau pluviale, rendre plus sécuritaire la traverse des rues par les aînés, enfants et personnes à mobilité réduite et apaiser la circulation. Une réfection permet également d’ajouter des trottoirs et voies cyclables où nécessaires pour les déplacements, tout en laissant l’espace adéquat pour la circulation en voiture et le stationnement. La végétation est également ajoutée pour minimiser la chaleur ambiante lors de canicules et rendre les endroits plus conviviaux.

 

Bref, les enjeux ont évolué au fil du temps depuis la construction de la grande majorité des voies publiques sur le territoire, d’où la nécessité de les adapter lors de leur réfection.

MENU