fermer

Construction de la nouvelle usine de traitement de l’eau potable

L’usine de traitement de l’eau potable (UTE) actuelle, construite en 1925, approche sa fin de vie utile. Les équipements fonctionnent au maximum de leur capacité et bien que l’eau produite rencontre en tous points les normes du Règlement sur la qualité de l’eau potable (RQEP) du ministère de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques, l’usine se doit d’être reconstruite afin d’adapter les modes de production pour répondre aux exigences ministérielles de plus en plus sévères.

La Ville de Drummondville se dotera ainsi d’un outil offrant des capacités et des méthodes de production accrues et technologiquement à jour. Les citoyens bénéficieront d’un approvisionnement en eau fiable et d’une source d’eau potable de meilleure qualité.

La nouvelle usine de traitement de l’eau fera passer la Ville dans une nouvelle dimension quant à la production d’eau potable pour les citoyens. En effet, d’un point de vue technique, en plus des étapes habituelles de traitement de l’eau, de nouvelles technologies à la fine pointe seront utilisées au bénéfice de la population.

Soulignons les principaux, dont :

  • L’ajout du procédé d’ozonation et la filtration biologique. En plus de permettre le traitement des cyanotoxines (algues bleues), ces étapes adresseront les problématiques de goût et d’odeur et de sous-produits de désinfection;
  • Une barrière de désinfection supplémentaire offerte par l’ajout de réacteurs ultraviolets. Les concentrations en chlore pourront être réduites et une plus grande latitude sera possible dans l’utilisation des réserves d’eau;
  • Enfin, l’ensemble des équipements de procédés seront uniformisés, notamment en utilisant qu’un seul type de décanteur.

Le bâtiment, en tant que tel, représentera également une avancée pour la santé et la sécurité des employés. Ils connaitront des conditions de travail grandement améliorées et facilitées.

En bref, la nouvelle usine de traitement de l’eau offrira un ensemble de production plus homogène, automatisé et efficace pour le confort et la sécurité d’approvisionnement en eau de toute la population. Elle permettra d’assurer une capacité de production répondant aux besoins avec un débit de près de 75 000 m3 d’eau potable par jour, pour atteindre près de 90 000 m3 par jour dans un horizon de 30 ans.

La nouvelle usine sera construite en avant de l’ancienne, plus proche de la rue. Ainsi, le secteur de l’intersection des rues Poirier et Lindsay et du boulevard Mercure sera réaménagé physiquement pour laisser place au stationnement de l’usine et à un accès sécuritaire à l’usine.

La rue Poirier se transformera en cul-de-sac au niveau de l’intersection avec la rue Brock pendant les travaux.

Par la suite, elle sera connectée à la rue Brock. Les résidents de la rue Poirier dans ce secteur bénéficieront d’une nouvelle quiétude et pourront toujours accéder à la rue Lindsay en empruntant la rue du Moulin.

La construction de la nouvelle usine de traitement de l’eau potable représente un investissement de 108,5 M$.

La Ville bénéficie d’une subvention de l’ordre de 32,2 M$ du Fonds pour l’infrastructure municipale d’eau (FIMEAU) et d’une autre de 36 M$ par l’entremise du Programme de la taxe sur l’essence et de la contribution du Québec (TECQ), dont les bailleurs de fonds sont le gouvernement du Canada et le gouvernement du Québec.

Soulignons que les municipalités avoisinantes desservies en eau potable apportent également une contribution financière au projet (10 M$), tandis que la Ville de Drummondville y ira d’un investissement de 30,1 M$.

Le chantier pour la construction de la nouvelle usine de traitement de l’eau potable s’étalera sur les trois prochaines années selon diverses étapes :

  • Mars 2021 : début de la démolition de plusieurs lots;
  • Printemps 2021 : construction de nouvelles conduites souterraines de distribution de l’eau potable;
  • Été 2021 à été 2023 : construction de l’usine (excavation, bétonnage, structures, etc.);
  • Été 2023 à été 2025 : installation des procédé mécanique et électrique et finitions.

La formation des équipes et la mise en route de la nouvelle usine sont prévues au courant de l’automne 2024.

La desserte en eau potable ne sera pas touchée pendant les travaux, bien que la nouvelle usine soit bâtie en façade de l’actuelle.

Toutefois, la Ville communiquerait sans délai si la situation l’exigeait.

Accès aux parcs du secteur

Les parcs Guérin et Sainte-Thérèse demeureront partiellement accessibles pendant les travaux. Toutefois, des clôtures de chantier délimiteront les espaces afin de ne pas approcher du chantier. Il est strictement interdit de passer ces clôtures.

Circulation

La circulation ne sera pas entravée pendant ces travaux, excepté pour la partie de la rue Poirier qui est fermée entre le boulevard Mercure et l’entrée de l’usine actuelle, ainsi que la fin de la rue Brock entre la rue Poirier et la rue du Moulin.

Les usagers du réseau routier et les piétons doivent agir avec prudence face à la présence de camions qui peuvent entrer et sortir du chantier.

La piste cyclable demeurera accessible, mais comportera des déviations et une signalisation particulière aux abords du chantier.

Entrepreneur général :

Ingénieur-conseil :

  • Stantec

Architecte :

  • TLA

Direction de l’ingénierie et de l’environnement de la Ville de Drummondville

Pour des questions d’ordre général :

  • (819) 478-6550;
  • accueil@drummondville.ca.

Foire aux questions (FAQ)

Après une grande réflexion, le conseil municipal a donné le feu vert pour cinq raisons principales :

–     Le caractère stratégique et universel de l’UTE ;

–     La vétusté des installations existantes ;

–     La capacité de production maximale de l’usine actuelle qui est atteinte ;

–     Les risques associés à retourner en appel d’offres public ;

–     Un montage financier favorable qui minimise l’impact sur les citoyennes et les citoyens.

En choisissant une technologie de base, le coût est plus bas à court terme, certes, mais les frais d’exploitation sont beaucoup plus grands à moyen et à long termes, sans compter que la qualité de l’eau produite serait plus faible.

La Ville propose plutôt à la population la meilleure technologie disponible, qui vient ajouter des étapes de traitement, tout en respectant la capacité de payer. Cette technologie est fiable et robuste; c’est ce que ça nous prend, car notre source d’eau potable n’est pas homogène. La qualité de l’eau de la rivière varie beaucoup, tout comme sa température.

Qui plus est, nous bénéficierons aussi de systèmes de traitement pour les polluants émergents, auxquels nous aurons certainement à faire face dans le futur. Nous sommes donc convaincus de ce choix de technologie, pour aujourd’hui et pour demain.

D’abord, une grande étape vient d’être réalisée avec l’octroi du contrat de construction. Les travaux préliminaires à l’usine actuelle vont se terminer en décembre 2021. Ensuite, le chantier à proprement parler va se mettre en branle, avec les phases de mobilisation, d’excavation, de soutènement et de bétonnage, entre autres. Ce qui est complexe, c’est que l’on construit une nouvelle usine juste à côté de celle existante, qui doit continuer d’alimenter en eau potable la population. C’est un gros défi technique, mais toute notre équipe est prête à le relever. La mise en activités de la nouvelle usine de traitement de l’eau potable aura lieu en 2025.

Galerie d'images

Autres projets d'intérêt

MENU