fermer
featured-image

Plan de conservation des milieux naturels

En 2017, la Ville de Drummondville s’est dotée d’une planification stratégique dont un des cadres majeurs est la protection de l’environnement. De ce cadre découle l’élaboration d’un Plan de conservation des milieux naturels, ci-après appelé PCMN.

Ce document vise à intégrer la conservation des milieux naturels à la planification du territoire tout en favorisant un aménagement durable et structurant. Il est à noter que la conservation englobe la protection, l’utilisation durable, la restauration et la création de milieux naturels.

Ce plan permettra de prioriser les milieux naturels d’intérêt afin de cibler les efforts de conservation et de mise en valeur sur le territoire de la Ville. Il assurera la sauvegarde du patrimoine naturel en conciliant la conservation et le développement du territoire, tout en bonifiant la qualité de vie des Drummondvilloises et des Drummondvillois. En ce sens, un plan d’action sera adopté en 2021, à la suite de l’adoption des orientations de conservation du PCMN.

Les orientations 3 et 12 de la Planification stratégique 2017-2022 de la Ville de Drummondville convergent vers la mise en place d’un Plan de conservation des milieux naturels, soit :

  • Orientation 3 – Favoriser l’accès aux milieux naturels;
  • Orientation 12 – Protéger et mettre en valeur les milieux naturels, humides et aquatiques.

La vision du Plan de conservation des milieux naturels est la suivante : « En 2030, la population de Drummondville bénéficie des services offerts par la sauvegarde du patrimoine naturel et collectif, ce qui favorise une planification et un développement durables et prévisibles du territoire soutenant l’adaptation aux changements climatiques ».

Afin de concilier conservation et développement dans la planification et l’aménagement du territoire, le Plan de conservation intégrera les axes d’intervention suivants :

  • Assurer la protection des milieux naturels d’intérêt;
  • Guider une utilisation durable des milieux naturels de notre territoire;
  • Soutenir et orienter la restauration et la création de milieux naturels;
  • Contribuer à l’adaptation de la Ville aux changements climatiques;
  • Informer, sensibiliser et éduquer la population sur l’importance des milieux naturels;
  • Améliorer nos connaissances sur les milieux naturels et la biodiversité du territoire.

Les grandes étapes du Plan de conservation des milieux naturels :

  • Février 2019 à mars 2020 : portrait, cartographie et priorisation des milieux naturels;
  • Mai 2019 : consultation avec les acteurs locaux (portrait);
  • Mars à novembre 2020 : diagnostic des milieux naturels;
  • Juin 2020 : consultation avec les acteurs locaux (diagnostic);
  • Aout 2020 à février 2021 : sélection des sites d’intérêt et des stratégies de conservation;
  • Octobre 2020 : phase 1 des communications citoyennes (information);
  • Octobre 2020 à avril 2021 : rédaction du Plan d’action;
  • Avril 2021 : phase 2 des communications citoyennes (consultation);
  • Juin 2021 à juin 2026 : adoption du PCMN et sa mise en œuvre 0-5 ans.

Tous les types de milieux naturels sont visés par ce plan :

  • Les milieux hydriques (cours d’eau incluant la rive, le littoral et les plaines inondables);
  • Les milieux humides (marais, marécage, étang et tourbière);
  • Les milieux boisés (massifs et petits îlots boisés);
  • Les milieux ouverts (friches, prairies et pâturages);
  • Corridors de connectivité écologique pour la faune.

 

Les milieux naturels de Drummondville, c’est :

  • 505 km de cours d’eau;
  • 2430 ha de milieux humides;
  • 11 848 ha de milieux boisés;
  • 1388 ha de milieux ouverts;
  • Plus de 237 espèces d’animaux;
  • Plus de 272 espèces de plantes, d’arbres et d’arbustes;
  • 3 292 hectares de sites d’intérêts. Les sites d’intérêt pour la protection sont des sites sélectionnés pour leur valeur écologique élevée puisqu’on y retrouve une concentration notable d’éléments d’intérêt écologique.

Le diagnostic se fait en deux temps. Dans un premier temps, les interférences de planification entre le développement et la conservation sont cartographiées, soient les zones de développement à court terme et les zones de réserve. Par la suite, les facteurs qui favorisent la conservation des milieux naturels (forces et opportunités) ainsi que les facteurs de pression et de perturbation (faiblesses et menaces) sont cartographiés et analysés.

Analyse des zones de réserve :

  • 576 hectares de milieux naturels.

Analyse des zones de développement à court terme :

  • 5518 hectares de milieux naturels.

Principaux facteurs qui favorisent la conservation des milieux naturels (forces et opportunités) :

  • Milieux naturels identifiés prioritaires dans l’Atlas des territoires d’intérêt pour la conservation dans les basses-terres du Saint-Laurent;
  • Milieux naturels dont la Ville est propriétaire;
  • Milieux naturels déjà occupés par un animal ou une plante en situation précaire (menacé ou vulnérable);
  • Milieux naturels rares ou irremplaçables;
  • Milieux naturels reconnus pour ses services écologiques (exemple : lutte aux ilots de chaleur).

Principaux facteurs de pression et de perturbation (faiblesses et menaces) :

  • Milieux naturels affectés par le drainage;
  • Milieux naturels situés dans une zone de développement à court terme;
  • Milieux naturels fragmentés (rues, routes, lignes de transport d’énergie, etc.);
  • Cours d’eau linéarisés et canalisés;
  • Cours d’eau dont la qualité de l’eau est mauvaise;
  • Milieux naturels en déficit de services écologiques;
  • Milieux naturels visés pour l’expansion agricole (exemple : cannebergière).

Cet exercice se veut un outil d’aide à l’aménagement du territoire et permettra à la Ville d’adopter un plan d’action qui conservera les milieux naturels de façon judicieuse.

Portrait :

  • Cartographie et valeur écologique des milieux hydriques

  • Carte générale des milieux humides

  • Carte générale des milieux boisés

  • Carte générale des milieux ouverts

  • Carte des corridors de connectivité écologique

Diagnostic :

  • Facteur de conservation

  • Facteur de perturbation actuelle

  • Localisation des sites d’intérêt pour la protection

Le plan d’action s’articulera autour de six axes d’intervention, comportera des actions sur tous ces axes et s’échelonnera sur cinq ans à compter de l’adoption du Plan de conservation des milieux naturels.

Ville de Drummondville : coordination, rédaction, analyse géospatiale et production cartographique.

Conseil régional de l’environnement du Centre-du-Québec (CRECQ) : coordination, rédaction et accompagnement professionnel.

Bureau d’écologie appliquée : analyse et production cartographique – Valeur écologique et corridor de connectivité.

Firme Cain Lamarre : évaluation des impacts fiscaux, réglementaires et juridiques.

Inscription à l'infolettre | Plan de conservation des milieux naturels

Galerie d'images

Autres projets d'intérêt

MENU