fermer
featured-image

État de fait sur la pression de l’eau dans le secteur de la Marconi

 

 

Construit en trois phases entre 1987 et 2009, le quartier de la Marconi est un endroit recherché pour sa tranquillité et sa qualité de vie. Au cours des dernières années, il a toutefois été l’objet de nombreux débats publics relativement à la pression de l’eau du réseau d’aqueduc de la Ville de Drummondville. En effet, un groupe de citoyens du Boisé-de-la-Marconi tente d’influencer le conseil municipal afin qu’il entérine la construction d’un surpresseur pour augmenter la pression de toutes les résidences du quartier, et ce, aux frais de l’ensemble des contribuables.

 

De nombreux faits, parfois exacts, mais trop souvent erronés, circulent depuis. Depuis maintenant 10 ans, nos équipes d’ingénieurs qualifiés documentent, compilent, analysent et interprètent l’ensemble des données qui concernent la pression de l’eau dans le secteur de la Marconi.

Principe général

La majorité de la Ville est desservie directement par l’usine de traitement de l’eau potable du 60, rue Poirier (près du parc Sainte-Thérèse). La pression varie d’un secteur à l’autre en fonction de son élévation par rapport à la localisation de l’usine de traitement de l’eau potable (étoile rouge sur la carte).

Spécificités

Certains secteurs sont desservis par des surpresseurs qui permettent de rehausser la pression:

  • Secteur industriel au nord de l’autoroute Jean-Lesage (rues Saint-Roch, Kubota, etc.);
  • Secteur industriel à l’intersection des autoroutes Jean-Lesage et Joseph-Armand-Bombardier (rues Janelle, Rocheleau, etc.);
  • Ancienne Ville de Saint-Nicéphore.

Surpresseur Saint-Nicéphore

 

En d’autres termes, la Ville a :

  • Passé des centaines d’heures à rencontrer des citoyens et des élus municipaux, répondre à des courriels et des appels téléphoniques ;
  • Vérifié toutes les vannes et tous les robinets de service de l’ensemble des résidences du secteur ;
  • Analysé des débits et la pression de l’eau partout sur le territoire et plus particulièrement sur le réseau dans le secteur environnant et ajusté celui-ci afin de diminuer les baisses de pression dans la Marconi ;
  • Octroyé des mandats externes d’une valeur de plus de 25 000 $.

 

Malgré tous ces éléments, le dossier de la pression de l’eau dans le secteur de la Marconi fait encore l’objet de demandes à l’organisation. Pourtant, les équipes municipales ont analysé des centaines de fois tout ce qui pouvait être analysé, et le conseil municipal s’est déjà positionné. Par conséquent, voici un état de fait, qui sera la dernière intervention municipale sur le dossier de la pression de l’eau dans le secteur de la Marconi.

  1. Que la directive 001 concernant le Captage et la distribution de l’eau tirée de la Loi sur la qualité de l’environnement du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques est la norme à respecter par les municipalités lors de la planification d’infrastructures ;
  2. Que sous des conditions normales, les pressions dans un réseau de distribution ne devraient pas descendre en dessous de 275 kPa (40 psi) ;
  3. Que la Ville de Drummondville respecte en tous points ses obligations dans la Marconi :
    1. La pression moyenne du réseau dans la Marconi est de 45 psi en raison de l’élévation du quartier par rapport à l’usine de filtration ;
    2. La pression moyenne du réseau municipal est d’environ 65 psi.
  4. Que les résultats ont été obtenus par, notamment :
    1. Une étude hydraulique et de préfaisabilité de la construction d’un surpresseur à l’entrée du quartier ;
    2. Une analyse sur le réseau de remplissage du surpresseur Saint-Nicéphore par une firme externe ;
    3. Des analyses et des essais sur le terrain dans le but d’évaluer la protection incendie du secteur par une firme externe ;
    4. Des mesures de la pression de l’eau en continu dans les résidences du secteur par une firme externe.
  5. Qu’au sein du Guide de bonnes pratiques d’exploitation des installations de distribution d’eau potable du ministère de l’Environnement, de la Lutte contre les changements climatiques, de la Faune et des Parcs, il est stipulé que « Les recommandations émises dans ce guide constituent des objectifs volontaires d’amélioration des pratiques qui ne sont pas encadrées par une réglementation », et n’a donc aucune valeur légale ;
  6. Qu’une surpression n’est pas justifiée ;
  7. Que la Ville est responsable de la pression du réseau, et non à l’intérieur d’un bâtiment privé en raison des divers impondérables dans une maison ;
  8. Que l’installation d’un surpresseur exclusif au quartier de la Marconi couterait, selon une estimation datant de 2019 qui exclut l’acquisition du terrain nécessaire, environ 750 000 $ et que les résidents du secteur ne veulent pas de taxe de secteur ;
  9. Que d’autres secteurs ont sensiblement la même pression que le quartier de la Marconi ;
  10. Que la pression à la sortie de l’usine de traitement de l’eau potable est de 65 psi le jour et de 63 psi la nuit. En augmentant la pression à la sortie de l’usine, certains secteurs auraient trop de pression, ce qui pourrait causer certains dommages à la plomberie. Également, lorsque la pression est augmentée ponctuellement pour des raisons d’entretien, le niveau de fuites dans les vieux secteurs, dont le centre-ville, augmente de façon considérable. Bref, la pression à la sortie de l’usine est celle qui diminue les inconvénients pour l’ensemble des usagers du réseau ;
  11. Que la Stratégie québécoise d’économie d’eau potable, à laquelle la Ville de Drummondville adhère, encourage les Villes à diminuer la consommation d’eau potable et un moyen d’y parvenir est en diminuant la pression des réseaux ;
  12. Que tous les services de l’organisation sont mobilisés depuis 10 ans pour répondre aux demandes citoyennes, ce qui représente des ressources humaines et monétaires importantes.

Le programme de subvention relatif à l’installation de surpresseur d’eau potable domestique adopté en mai 2022 par le conseil municipal est la décision finale de l’organisation.

Comme il n’y a pas que dans la Marconi où la pression d’eau est similaire, le programme est disponible sur l’ensemble du territoire pour les propriétés raccordées à l’aqueduc ;

Les résidents ne souhaitent pas une taxe de secteur, mais ce n’est pas à tous les contribuables de la ville de défrayer l’infrastructure ;

Ainsi, les gens pour qui la faible pression d’eau est problématique ont un levier financier leur permettant de corriger la situation.

 

Pour une meilleure pression de l’eau pour tous en ville, il est recommandé de :

Pour toute question ou commentaire, les citoyens sont invités à contacter le Service de l’Ingénierie en composant le 311 ou par courriel 311@drummondville.ca.

Foire aux questions (FAQ)

La pression à la sortie de l’usine est de 65 psi le jour et de 63 psi la nuit. Si la pression de l’eau à la sortie de l’usine était augmentée, certains secteurs auraient trop de pression, occasionnant ainsi des dommages à la plomberie. De plus, lorsque la pression est augmentée ponctuellement pour des raisons d’entretien, il est possible de constater un niveau de fuites important dans les vieux secteurs, comme le centre-ville. Bref, la pression à la sortie de l’usine est adaptée, en tout respect des normes, pour satisfaire l’ensemble des usagers du réseau.

Un surpresseur ne pourrait être construit pour servir un quartier seulement, alors que d’autres secteurs ont sensiblement la même pression que celui de la Marconi et ne suscite pas de questionnement.

Aussi, une surpression du secteur pourrait causer des baisses de pression dans d’autres quartiers.

Enfin, habituellement, une surpression est justifiée lorsque le réseau est constamment sous les 40 psi, ce qui n’est pas le cas pour la Marconi.

Non, le débit requis par une école, par rapport au débit requis par l’ensemble du secteur, est négligeable (moins de 1 %). Les débits de pointe se produisent également hors de la période de consommation importante habituelle (matin, soir et fin de semaine).

MENU